L’Apprentie -Acte Deux

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

L’Apprentie -Acte DeuxActe DeuxQuand mon réveil sonne, je tape dessus pour l’arrêter. Ma nuit fut peuplée de rêves tous plus érotiques les uns que les autres. Quand je vois l’état du lit, je sais que j’ai beaucoup bougé. Je réalise alors que le gode est en moi, dans mon vagin.— Ce n’est pas possible, je n’ai pas fait ça !Je le sors et je le découvre trempé, imbibé de mes sécrétions intimes.Le réveil se rappelle à moi, je vais être en retard si je ne me dépêche. Je sors du lit d’un bond et me précipite dans la cuisine pour préparer le café. Pendant qu’il passe, je me rends dans la salle de bain pour me doucher. Je découvre mes cernes dans le miroir— Tu as vraiment l’air de quelqu’un qui a fait la java toute la nuit… Il va falloir arranger cela, me dis-je.Je sors mes vêtements en prenant mon café. C’est à ce moment qu’un message arrive sur mon téléphone :”N’oublie pas les consignes, je t’attends au déjeuner à ton restaurant habituel.”Il me faut quelques secondes pour me souvenir que Mademoiselle m’avait dit qu’elle ne voulait plus que je porte des dessous. Je remets la culotte que j’avais sortie dans le tiroir et m’interroge sur le soutien-gorge. Non, je ne peux pas travailler sans soutien-gorge. Devant les patients cela ne fait pas très professionnel, mais je me rappelle alors que la veille, Mademoiselle m’avait demandé de couper mes sous-vêtements. Je range donc mon soutien-gorge dans son tiroir à côté des culottes.Après avoir masqué mes cernes tant bien que mal, je prends la route du cabinet. En sortant de la voiture, je sens l’air passer sous ma jupe et venir caresser mes fesses nues. La sensation n’est pas si désagréable, je me mets presque à l’apprécier. Par contre, le frottement du tissu sur ma poitrine me trouble, un mélange de gêne et d’excitation m’envahit. Heureusement, je suis absorbé par mes patients et je n’ai pas le temps d’y repenser jusqu’à l’arrivée d’un nouveau message.Cette fois-ci, le numéro de Monsieur :”Je souhaite que tu me montres comme tu as respecté les consignes.”J’attends d’être seule et j’ouvre mon haut et soulève ma jupe pour prendre une photo que je lui envoie. Il peut ainsi constater “Bien, tu es obéissante. Je t’attends pour ton déjeuner.”La fin de matinée se déroule comme elle avait commencé. Mais, je me dis que cette fois-ci je ferais attention afin de découvrir qui est mon mystérieux interlocuteur.À mon arrivée dans le restaurant, je suis surprise, car la petite serveuse chinoise m’indique de m’installer à une autre table que ma table habituelle. Elle me montre une table au milieu de la salle. Cela me gêne, mais je m’assieds bien en vue de tous les clients. Moi, qui préfère la discrétion des places isolées, je n’ai pas le choix. Je tente de me faire la plus petite possible.Mon téléphone vibre.”Remonte ta jupe.”Je regarde partout autour de moi. Comme l’autre jour, personne ne semble faire attention à moi. Rassurée, je relève ma jupe sur mes cuisses.”Bien, remonte-la encore !”Je panique un peu, si je la remonte plus, mes fesses vont être à l’air et visibles. Cependant, je le fais et je me retrouve avec les fesses directement au contact de la chaise. “Jolies fesses, chère”Je baisse les yeux et je rougis. Je n’ose pas me retourner, mais j’imagine que Monsieur est derrière moi. akdeniz escort Essayant de faire abstraction de ma tenue, je commence à manger.”Très habile avec des baguettes”Cette remarque me surprend, car cela implique que Monsieur est aussi en face moi ou sur un côté et qu’il peut voir comment je mange. J’explore les lieux du regard, mais, encore une fois, rien ne me permet de découvrir qui peut être Monsieur.Je finis mon repas lentement pendant que le restaurant se vide progressivement. Il va bientôt être l’heure que je regagne mon cabinet pour mes rendez-vous de l’après-midi. Je me relève et redescends un peu ma jupe pour couvrir mes fesses nues.Avant de reprendre, je passe par les toilettes. Mon téléphone vibre :”Je t’autorise à te faire jouir maintenant”Je lis le texto sans comprendre, mais je n’ai pas envie de jouir, ce qu’il me demande est absurde. Je reste immobile, seule dans les toilettes. Je me vois dans le miroir, belle et radieuse. Je finis par glisser ma main entre mes cuisses et je me caresse.Je repense à Mademoiselle, à son sexe lisse, si désirable. Je sens le plaisir monter pendant que mon doigt s’est insinué entre mes lèvres. Je presse mon clitoris, je le pince entre mes doigts, je tire un peu dessus. Des vagues de plaisirs me submergent. Mes gémissements emplissent la petite pièce et résonnent.Je ne me retiens plus et je pousse un feulement de plaisir au moment où l’interphone du cabinet retentit.Je me ressaisis et je me rafraîchis un peu avant d’accueillir mon nouveau rendez-vous. Pendant que je le fais travailler, je ne cesse de me demander comment j’ai pu agir ainsi. Que suis-je devenue ? Jamais, je n’aurais imaginé me caresser pour me donner du plaisir, assise sur la cuvette des toilettes.Les patients se succèdent sans que j’aie de nouvelles de Monsieur.C’est alors que je découvre ce nouveau message : “Tu as été à la hauteur du potentiel que je te suppose” De quel potentiel s’agit-il ? Cette affirmation me trouble et me remplit de fierté. J’ai toujours cette sensation de manque dans mon ventre depuis mes caresses de ce midi. J’ai envie de me caresser, une onde de chaleur me traverse le bas-ventre.Je me retiens pour ne pas céder à la tentation alors que je viens de fermer la porte sur mon dernier patient de la journée. Je viens de finir de ranger mes affaires, je suis seule dans le cabinet. La salle d’attente et vide.”As-tu passé une bonne journée ?” “Oui, Monsieur” “J’aime que tu libères tes envies et que tu te rendes disponible” “Je suis disponible, vous le savez” “Comme tu as été obéissante, tu as droit à une récompense : ce soir Mademoiselle viendra te voir chez toi.” “Merci, Monsieur”À la lecture de ce message, je suis prise d’excitation, je me demande quelle surprise me réserve Mademoiselle. Je veux la recevoir comme elle le mérite. Je me dépêche pour être à la maison avant son arrivée et pouvoir me préparer. Son sexe lisse me revient en mémoire. Le souvenir de l’odeur et du goût de son intimité m’accompagnent pendant mon trajet de retour.À la maison, je me précipite sous la douche et je me rase la chatte. Je serai ainsi aussi lisse que Mademoiselle.La sonnerie retentit. J’enfile un court peignoir de soie jaune et excitée, je vais ouvrir la porte.Mademoiselle mezitli escort est là accompagnée de deux messieurs. Je reste muette, étonnée, troublée. Les deux hommes d’un âge indéfinissable me regardent en silence. Je vois leur regard monter et descendre de mes pieds à ma tête. Ils sourient sans un mot.Ce sourire rend l’aspect austère de leurs costumes sombres, un peu plus rassurant. Je retrouve mes esprits.— Mademoiselle ! Messieurs ! Je suis ravie de vous accueillir chez moi.Mademoiselle fait un pas dans l’entrée puis elle me fixe. Elle tend la main vers le ruban noué qui ferme mon peignoir et elle tire.Le nœud s’ouvre et les pans de mon peignoir s’écartent et dévoilent ma nudité.Mademoiselle glisse sa main entre mes cuisses. Je ne bouge pas. Je sens ses doigts fouiller entre mes cuisses. Je respire lentement. Elle enlève sa main et devant les hommes, elle lèche ses doigts.— C’est bien, je suis fière de toi, tu apprends vite… Elle invite les hommes à s’installer dans le salon. Ils passent devant moi comme si je n’existais pas. Ils s’asseyent dans le canapé. Je les rejoins dans un état second, le peignoir toujours ouvert.– Sers-nous à boire, et retire cet adorable kimono qui ne te sert à rien !Silencieuse, je me mets nue et je déambule devant mes hôtes ainsi en leur demandant ce qu’ils souhaitent pour se rafraîchir.— N’est-elle pas superbe, notre apprentie ?Ces paroles de Mademoiselle me rendent fière, je me redresse avant de leur apporter un whisky à chacun.Les hommes trinquent avec Mademoiselle, ils discutent de l’actualité, d’économie, de géopolitique. Ils sont tellement sérieux. Je reste là, debout, nue, face à eux, les mains dans le dos. Ils m’ignorent. Je me sens comme un meuble, un élément de décoration. Je semble ne pas exister pour eux.L’un des hommes prend la télécommande du téléviseur et l’allume comme s’il était chez luiMademoiselle ouvre sa robe tout en discutant nonchalamment. Les hommes défont leurs chaussures pour se mettre à l’aise. Mademoiselle se penche alors vers un homme et libère son sexe du pantalon, l’autre homme la regarde agir en se caressant.— Ne me déçois pas : occupe-toi de tes invités ! Je comprends ce que je dois faire. Je viens me mettre entre les deux hommes afin de caresser les couilles de celui que Mademoiselle pompe tandis que ma bouche s’occupe du second. Je commence à prendre du plaisir à prodiguer cette caresse, je le sais ma bouche est faite pour cela.Les hommes tendent leurs mains vers moi et me caressent la poitrine. Celui que je suce me tient la tête pour rythmer le mouvement de ma bouche. Je l’entends gémir, je me laisse prendre sans résistance. La pièce s’emplit d’un parfum de corps en sueur avides de sexe L’homme que je suce ne se retient pas. Il sait qu’il aura l’occasion de profiter encore de moi et il gicle dans ma bouche.Surprise par la texture de son sperme, je recule. Mademoiselle me fusille du regard, ses yeux me disent :— Avale, bordel, tu vas me faire honte !J’avale tout en masquant une grimace de dégoût, l’autre homme veut alors profiter de ma bouche. Il m’attire par les cheveux et jouit dans ma bouche sans prévenir. Mademoiselle semble satisfaite de ce début de soirée .J’avale ce nouveau sperme en me retenant de grimacer tandis yenişehir escort que Mademoiselle nettoie les sexes virils.La sonnette retentit.Mademoiselle vient alors m’embrasser à pleine bouche en te serrant la nuque. Elle me fait goûter à sa salive mêlée au sperme des deux hommes. Elle me claque les fesses en me disant d’aller ouvrir.Je la regarde paniquée. Je suis nue.Je ne peux pas résister à son regard et j’ouvre la porte. Un livreur me tend un paquet, il semble à peine étonné de ma tenue, ou plutôt de mon absence de tenue. Il me tend le registre pour que je le signe et je retourne avec le paquet dans le salon.Mademoiselle ouvre le colis et elle exhibe une laisse, un collier, un pendentif en forme de cœur avec la lettre V gravée. Elle m’attache le collier, la laisse et le pendentif.— Tu es prête, ma chère ?— Oui je suis prête, dis-je en frissonnant. Je me demande malgré tout à quoi je dois être prête.Mademoiselle me tire par la laisse et m’oblige à me mettre à quatre pattes. Elle me guide comme un a****l docile vers les deux hommes qui reprennent de la vigueur — C’est une jolie chienne que vous avez là ? — Comment s’appelle cette jolie chienne ? Je me sens humiliée encore plus honteuse que d’avoir été considérée comme un pot de fleurs, mais cela m’excite.Mademoiselle me fixe, elle ne répond pas aux hommes. Elle m’entraîne vers leurs queues dressées. L’un des hommes me caresse les cheveux et me guide vers son sexe, de nouveau raide.Je le suce avec respect. L’autre se lève et se positionne derrière moi en caressant mes hanches. — Elle a des formes exquises… Putain ! Elle mouille comme une salope !Je frissonne, je n’ai jamais trompé mon mari avant ce jour, je ne connaissais que son sexe, son goût, son odeur.Dans mon dos, tenue par la taille, je sens un sexe se présenter devant ma chatte. Le gland caresse mes lèvres, descend devant mon anus. Il s’y attarde quelques secondes. Je me cambre un peu en sentant une légère pression sur mon petit trou. Puis il revient à mon con.Celui que je suce m’att**** par les cheveux, je sens son gland au fond de ma bouche. Au même instant, l’autre entre en moi d’un seul coup, profondément. J’étouffe un râle de plaisir en suçant la queue sur laquelle je bave mon plaisir d’être prise ainsi.Ils ne me font pas l’amour, ils me baisent. Ils se moquent de mon plaisir. Ils éjaculent dans mon vagin et dans ma bouche.Sans un mot, ils se retirent. Mademoiselle les nettoie avec sa bouche en me faisant comprendre de ne pas bouger. Elle les raccompagne ensuite à la porte, en me tirant derrière elle en laisse.Toujours à quatre pattes dans mon entrée, je vois les deux hommes s’éloigner et regagner le luxueux SUV noir garé près de la Mini orange de Mademoiselle.Nous regagnons le salon. Mademoiselle s’installe dans le canapé cuisses ouvertes et tire sur ma laisse. Je sais ce que je dois faire. De suite, ma langue s’active et je fouille sa chatte. Je la passe partout, je joue avec son clitoris, je la rentre dans sa moule qui coule de plaisir. Mademoiselle gémit. Je suis aux anges. Je m’applique pour la faire jouir.Elle plaque mon visage contre sa fente. Je l’entends crier en même temps qu’elle inonde mon visage de son plaisir. Elle me garde quelques minutes ainsi. Elle se lève et me lève. Elle me sourit avant de lécher mon visage et de m’embrasser à pleine bouche.Ce moment de tendresse avec Mademoiselle me comble de bonheur. Je ne lui en veux pas de m’avoir offerte à deux inconnus. Je ferai tout ce qu’elle me demandera de faire. Je l’aime.Fin de l’acte deux

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir


izmir escort erotik film izle gaziantep escort kadıköy escort maltepe escort ensest hikayeler kocaeli escort kocaeli escort maltepe escort izmir escort büyükçekmece escort istanbul escort istanbul escort istanbul escort istanbul escort istanbul escort marmaris escort fethiye escort trabzon escort izmir escort bayan malatya escort kayseri escort eryaman escort pendik escort tuzla escort kartal escort kurtköy escort kızılay escort kayseri escort tuzla escort izmir escort gaziantep escort maltepe escort pendik escort kadıköy escort ümraniye escort canlı bahis kaçak bahis güvenilir bahis bahis siteleri bahis siteleri güvenilir bahis kocaeli escort bursa escort bursa escort bursa escort bursa escort webmaster forum